Menu
Fermer la recherche

Informer

Le blogue

La physiothérapie en soins palliatifs

La physiothérapie en soins palliatifs

Rédigé par :
FCPQ
26 septembre 2017

Par Catherine Brodrique-Boisvert, pht M. Read, Hôpital Marie-Clarac


Que savez-vous de la physiothérapie en soins palliatifs?

Tout comme la réadaptation, les soins palliatifs sont des soins interdisciplinaires adressant la globalité de l’individu, tant au niveau physique, social, psychosocial que spirituel (1-2). À l’Hôpital Marie-Clarac, l’inauguration récente d’un pavillon dédié aux soins palliatifs et la restructuration souhaitée des pratiques de réadaptation à l’intention de cette clientèle ont suscité le questionnement suivant chez les physiothérapeutes : quelles sont les meilleures pratiques en physiothérapie sur lesquelles les intervenants pourraient s’appuyer pour définir leur rôle et prioriser les interventions répondant le mieux possible aux besoins de cette clientèle? Cette question est à la base d’un projet d’innovation réalisé dans le cadre de la maîtrise en pratiques de la réadaptation du Campus de Longueuil de l’Université de Sherbrooke.

L’objectif général du projet a consisté à définir le rôle de la physiothérapie en soins palliatifs via le développement de deux documents de référence basés sur les données probantes, un pour les physiothérapeutes et l’autre pour les intervenants du milieu. Les documents ont été développés à partir d’une recension des écrits scientifiques, mais pour qu’ils reflètent bien la réalité du milieu, d’autres sources ont été nécessaires (analyse des dossiers et des statistiques de séjour, entrevues auprès d’acteurs clés et groupes d’intervenants du milieu).

La physiothérapie en soins palliatifs : ce qu’en disent les écrits scientifiques

L’OMS définit les soins palliatifs comme étant l’aide offerte aux patients faisant face à des problèmes associés à une maladie menaçant leur vie, incluant l’aide à leurs proches (3). Ce sont des soins centrés sur le patient et sa famille qui visent à optimiser la qualité de vie et à prévenir et traiter la souffrance. Ils se doivent d’adresser les aspects physiques, intellectuels, émotionnels, sociaux et spirituels pour favoriser l’autonomie du patient et le guider dans ses décisions (4-5).

Les patients hospitalisés en soins palliatifs présentent de nombreuses incapacités. Ces dernières peuvent être reliées à la progression de la maladie et à la croissance de la tumeur primaire et des métastases, entraînant de la douleur et de possibles compressions nerveuses (2). Les différents syndromes paranéoplasiques engendrent aussi de la douleur, mais également des effets systémiques comme des nausées, de la fatigue, de la faiblesse et une diminution de l’alimentation entraînant une perte de poids et un déconditionnement (1-2). Enfin, la médication utilisée peut également entraîner des incapacités. En effet, l’utilisation de corticostéroïdes amène une myopathie causant une faiblesse généralisée, et l’utilisation d’opioïdes favorise la dépression respiratoire et la diminution de la capacité à tousser (1-2). Ce déclin de la fonction physique apparaît être la principale cause de l’altération de la qualité de vie chez cette clientèle.

Les objectifs de la physiothérapie en soins palliatifs consisteraient selon plusieurs à cibler les symptômes en présence afin de diminuer les incapacités et à optimiser la fonction et l’indépendance de sorte d’améliorer la qualité de vie (1, 6-9). Plus encore, la physiothérapie devrait être adaptée aux caractéristiques de chacun, et comme celles-ci peuvent changer très rapidement, les objectifs de traitement devraient être constamment révisés avec le patient et l’équipe traitante (2, 9). Le tableau résume les principaux constats issus des écrits scientifiques quant aux modalités à privilégier pour réduire les plaintes physiques les plus fréquentes des patients hospitalisés en soins palliatifs. Notons que ces modalités demandent peu d’équipement spécialisé et sont donc facilement applicables.

Modalités thérapeutiques à privilégier en fonction des plaintes les plus fréquentes

OBJECTIF VISÉMODALITÉS
Diminuer la fatigue
  • Programme d’exercices individualisés : exercices généraux, pédalier, programme de marche.
Soulagement de la douleur
  • Application de chaleur ou de glace
  • Positionnement
  • Mobilisations douces, massages
  • TENS
Faciliter la respiration
  • Vibration
  • Respiration profonde
  • Positionnement
  • Techniques de relaxation
  • Enseignement
Diminuer et contrôler l’œdème
  • Drainage lymphatique manuel
  • Utilisation de bandages et de vêtements compressifs
  • Positionnement
  • Exercices isotoniques
Faciliter les transferts et déplacements
  • Utilisation d’aides techniques à la marche

 

Les écrits scientifiques actuels montrent cependant qu’il existe différentes perceptions des soins palliatifs pouvant mener à la confusion des rôles et à des délais dans les services offerts aux patients et à leur famille. La croyance qu’il faut les laisser tranquilles et favoriser le repos demeure forte et peu soulèvent la pertinence de soins spécialisés, notamment en physiothérapie (3). Ceci s’oppose à une conception de la réadaptation en soins palliatifs qui contribue à maximiser le bien-être de la personne dans une visée multidisciplinaire. C’est la notion de réadaptation inversée, soit de préparer le patient à son déclin progressif. Centré sur le patient, ce modèle de soins vise le support et la compensation au lieu de la récupération (10).

Enfin, selon une équipe de recherche québécoise, les intervenants en physiothérapie devraient utiliser les grandes lignes du principisme pour guider leur prise de décision clinique en soins palliatifs (11). Cette théorie permet de guider le raisonnement moral des cliniciens dans les situations complexes en proposant les principes éthiques suivants : la bienfaisance, la non-malfaisance, le respect de l’autonomie et la justice.

Physiothérapie en soins palliatifs : ce qu’en dit le milieu

La collecte de données dans le milieu a permis de constater que les patients hospitalisés en soins palliatifs présentent des caractéristiques communes pouvant être adressées en physiothérapie et que les demandes de consultation reçues sont compatibles avec ces besoins.

Des divergences d’opinions ont cependant été notées parmi les différents professionnels de l’établissement quant au rôle de la physiothérapie dans ce contexte. Les physiothérapeutes s’entendent pour dire que les soins palliatifs sont interdisciplinaires et que la physiothérapie y est bénéfique, voire essentielle, bien que mal définie actuellement. D’un autre côté, les intervenants de l’unité voient les soins palliatifs comme étant davantage médicaux et croient qu’il faut limiter le nombre d’intervenants auprès de cette clientèle, tout en percevant certains bénéfices potentiels à la physiothérapie.

Conclusion

Deux documents ont été produits au terme du projet afin de préciser les besoins et les caractéristiques des patients hospitalisés en soins palliatifs, définir ce qu’on entend par soins palliatifs et réadaptation inversée, et déterminer les modalités à privilégier en physiothérapie ainsi que les principes éthiques à respecter. Ces documents permettent de bien définir le rôle de la physiothérapie en soins palliatifs et contribueront certainement à diminuer les divergences d’opinions observées dans le milieu.

Références

  1. Montagnini, M., Lodhi, M. et Wendi Born. (2003), The Utilization of Physical Therapy in a Palliative Care Unit, Journal of Palliative Medicine, Vol. 6 (1), pp11-17.
  2. Rashleigh, Lynette. (1996), Physiotherapy in palliative oncology, Australian Journal of Physiotherapy, Vol 4(4), pp307-312.
  3. Pavlish, C. et Lyn Ceronsky. (2009), Oncology Nurses’ Perceptions of Nursing Roles and Professional Attributes in Palliative Care, Clinical Journal of Oncology Nursing, Vol 13 (4), pp404-412.
  4. Lowe, S.S., Watanabe, S.M. et Kerry S. Courneya. (2009), Physical Activity as a Supportive Care Intervention in Palliative Cancer Patients: A Systematic Review, Journal of Supportive Oncology, Vol 7 (1) pp 27-34.
  5. Mahon, M.M. et William J. McAuley. (2010), Oncology Nurses’ Personal Understandings About Palliative Care, Oncology Nursing Forum, Vol 37 (3), pp E141-E150.
  6. Kumar S.P. et Anand Jim. (2010), Physical Therapy in Palliative Care : From Symptom Control to Quality of Life: A Critical Review, Indian Journal of Palliative Care, Vol 16(3), pp138-146.
  7. Laakso, Lisa. (2006), The role of physiotherapy in palliative care, Australian Family Physician, Vol 35(10), p781.
  8. Horne-Thompson A. et Rebecca Bramley. (2011), The benefits of interdisciplinary practice in a palliative care setting: a music therapy and physiotherapy pilot project, Progress in Palliative Care, Vol. 19 (6), pp304-308.
  9. Marcant, D et Charles-Henri Rapin. (1993), Role of the Physiotherapist in Palliative Care, Journal of Pain and Symptom Management, Vol 8(2), pp68-71.
  10. Briggs, Richard W. (2011), Clinical Decision Making for Physical Therapists in Patient-Centered End-of-Life Care, Geriatrics Rehabilitation, Vol 27 (1), pp10-17.
  11. Grégoire, S., Maltais, C. et Maude Laliberté. (2013), Prise en charge clinique en physiothérapie oncologique : promotion d’une décision partagée dans le contexte des soins palliatifs, Bioéthique Online, 2/6, pp1-12.

Partager cette page
Laisser un commentaire
À propos de l'auteur

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *