Menu
Fermer la recherche

Informer

Le blogue

Mal de dos : secrets d’un physiothérapeute

Mal de dos : secrets d’un physiothérapeute

Rédigé par :
André Girard
17 mars 2015

Le mal de dos est la principale raison de consultations chez certains professionnels de la santé. On consulte des physiothérapeutes, des chiropraticiens, des ostéopathes, des acupuncteurs, des médecins ou des orthopédistes pour obtenir une réponse – rapide, si possible – et un soulagement de nos douleurs. Il ne faut pas non plus oublier les non professionnels comme les guérisseurs, ramancheurs, rabouteux et thérapeutes de toutes les sortes qui proposent parfois des thérapies qui font frémir.

Secrets d’un physiothérapeute

Un mal de dos est rarement la conséquence d’une seule composante du dos qui ne fonctionne pas. C’est souvent le résultat de plusieurs petits dérangements à différents niveaux. Il faut garder en tête que si une articulation est enraidie, elle obligera les autres segments autour à travailler doublement, entraînant le risque de développer des lésions plus étendues. Pour un physiothérapeute, il est difficile lors de l’évaluation initiale de cerner précisément les niveaux exacts du problème.

Si par exemple notre patient présente une lombalgie combinant trois lésions courantes, est-ce que son problème résulte d’une dysfonction sacro-iliaque à 50 %, d’un syndrome facettaire à 30 % et d’un syndrome du pyramidal à 20 %?

Chaque jour en clinique, je rencontre des patients qui consultent pour des problèmes lombaires. Après une évaluation consciencieuse, j’essaie d’identifier la raison principale de la lombalgie. Ensuite, lors de la portion thérapie, je prends soin de vérifier et d’ajuster le problème facettaire et sacro-iliaque pour ensuite faire relâcher le muscle pyramidal de la fesse. En travaillant sur plusieurs segments, je mets toutes les chances du côté de mon patient.

Ce sont des petits trucs comme ceci qui font qu’un thérapeute va se démarquer par rapport à un autre.

Syndrome du pyramidal

Au niveau des fesses, nous avons un muscle appelé le pyramidal, sous lequel passe le nerf sciatique. Lorsque ce muscle est trop tendu ou en spasme, il écrase le nerf sciatique et il peut causer une douleur locale ou irradiant en arrière de la cuisse.

Syndrome facettaire 

À la colonne lombaire, les articulations postérieures des vertèbres sont imbriquées précisément. Ces facettes articulaires glissent l’une contre l’autre et permettent la flexion et l’extension du tronc. Lorsqu’elles sont mal alignées, elles frottent ensemble et provoquent un syndrome facettaire.

La dysfonction sacro-iliaque

L’articulation sacro-iliaque se situe entre le sacrum et l’aile iliaque du bassin. Généralement, les dysfonctions observées sont une augmentation ou une diminution de la mobilité ou tout simplement, une asymétrie (une mauvaise position) des composantes de l’articulation. Les patients rapportent souvent une douleur unilatérale autour de l’articulation, augmentée par les changements de position.

La compétence et l’expérience sont deux qualités importantes chez un thérapeute lorsque vous lui confiez votre problème. Certains physiothérapeutes ont développé ces qualités essentielles à la remise sur pied de leurs patients.

Alors si vous souffrez d’un problème lombaire, n’hésitez pas à consulter un physiothérapeute, membre de la FCPPQ.

Cet article est adapté d’un article publié par André Girard, dans des chroniques du Journal de Québec.


Partager cette page
Laisser un commentaire
Article le plus populaire
22 juin 2016Rapport annuel 2015
À propos de l'auteur
André Girard est physiothérapeute et il exerce en pratique privée depuis 33 ans, principalement à la clinique de physiothérapie de Jonquière. André Girard est membre du conseil d'administration de la FCPPQ.
Il est chroniqueur en physiothérapie pour Le Journal de Québec et Le Journal de Montréal, président du club de tennis intérieur de Saguenay et fondateur du centre de conditionnement physique, Le centre Multi-Forme d'Arvida.

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *