Menu
Fermer la recherche

Informer

Le blogue

La plagiocéphalie et le torticolis du nouveau-né

La plagiocéphalie et le torticolis du nouveau-né

Rédigé par :
Amélie Simoneau
12 janvier 2016

Bébé tant attendu est enfin arrivé! Et il est beau, ce petit paquet d’amour. Il comble déjà ses parents et tous les autres membres de la famille.

Cependant, rapidement, les parents remarquent que bébé tient toujours sa tête dans une même position. Il y a de fortes chances qu’il présente un torticolis, troisième anomalie congénitale musculosquelettique la plus fréquente après la dislocation de la hanche et le pied bot. Il se définit comme une contracture ou raccourcissement du muscle sterno-cleido-occipito-mastoïdien (SCOM).

Soigner le torticolis avec la physiothérapie pédiatrique

Le torticolis congénital provoque une inclinaison de la tête du côté du muscle raccourci et une rotation du côté opposé. Plusieurs hypothèses concernant cette condition ont été étudiées, mais seulement trois sont retenues :

  • diminution de l’apport sanguin au muscle (ou ischémie);
  • trauma à l’accouchement comme l’utilisation de forceps ou de ventouses;
  • mauvais positionnement intra-utérin ou contrainte intra-utérine comme un premier bébé, un garçon, un bébé prématurité et une position en siège.

 

Le torticolis postural est celui le plus souvent observé en physiothérapie, mais également la présentation la moins sévère. Il est occasionné soit par l’environnement du bébé, une plagiocéphalie (ou coco plat) ou une préférence positionnelle. Son incidence a augmenté significativement depuis la campagne « DODO sur le DOS » en 1999 par l’Agence de la santé publique du Canada pour réduire le taux de syndrome de mort subite du nourrisson.

Cependant, l’Agence recommande, en période d’éveil, de placer le bébé sur le ventre, peu après sa naissance, 2 à 3 fois par jour et d’augmenter lentement le temps dans cette position, sans jamais laisser le nourrisson pleurer. Les physiothérapeutes prônent cette même conduite auprès des parents qui consultent avec leur enfant pour un torticolis-plagiocéphalie.

La plagiocéphalie positionnelle

La plagiocéphalie positionnelle se définit par un aplatissement unilatéral de la boite crânienne, en postérieur, secondaire à l’application de forces pré et/ou post natales. Les nouveau-nés ont un crâne malléable. Un bombement frontal du même côté que le plat et une oreille déplacée en antérieure et inférieure peuvent être observés. La progression de la déformation cesse vers l’âge de 6 mois.

Elle peut être causée par une contrainte de la tête du fœtus sur le bassin de la mère en fin de grossesse ou un positionnement prolongé du bébé sur le dos, la tête toujours tournée du même côté.

Traiter en physiothérapie un nouveau-né

Le physiothérapeute spécialisé en pédiatrie est formé pour évaluer objectivement votre enfant. Il procède à une prise de mesure des amplitudes et de la force du cou, il évalue le tonus musculaire et fait un bilan neurologique. Il utilise également une grille d’évaluation standardisée du développement moteur adapté à l’âge de l’enfant.

Le traitement d’une plagiocéphalie en physiothérapie consiste à enseigner aux parents comment positionner le bébé pour garder, autant que possible, le « plat » libre de contact! En périodes d’éveil, l’enfant sera placé sur le côté, opposé à son plat. Plusieurs trucs et conseils sont donnés par le physiothérapeute autant sur « comment prendre le bébé », que les sources de stimulation et l’utilisation des équipements (balançoire, siège vibrant,…). Les activités motrices en position ventrale sont fortement encouragées.

De plus, s’il y a présence d’un torticolis, la physiothérapie a pour objectifs d’améliorer les amplitudes du cou pour obtenir une mobilité articulaire active et passive, complète et symétrique. Un alignement postural adéquat est favorisé et constamment recherché. Par des exercices, le physiothérapeute encourage l’acquisition des séquences normales du développement moteur pour chaque tranche d’âge. Un programme à domicile est enseigné aux parents.

Fréquence élevée d’exécution des exercices = résolution rapide!

Plus le torticolis postural et/ou la plagiocéphalie sont identifiés rapidement, plus le suivi thérapeutique nécessaire sera de courte durée.

En conclusion, il est primordial de répéter l’importance de mettre le bébé sur le ventre en périodes d’éveil. Consultez rapidement un(e) physiothérapeute si vous observez une asymétrie faciale et/ou crânienne ou une préférence positionnelle, et ce, avec ou sans prescription médicale. Référez-vous au site de la FCPPQ pour obtenir le nom d’un(e) physiothérapeute dans votre région qui traite cette petite clientèle.


Partager cette page
Laisser un commentaire
À propos de l'auteur
Diplômée en physiothérapie de l’Université McGill en 1998, Amélie a poursuivi sa formation en thérapie manuelle niveau 3 ainsi son approche crânienne du même niveau. Cette physiothérapeute a développé une expertise pour l’articulation temporo-mandibulaire (mâchoire), les douleurs oro-crânio-faciales, la plagiocéphalie-torticolis, le développement moteur chez l’enfant ainsi que pour l’analyse de la course à pied. Elle est également membre du CA de la FCPPQ.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *