Menu
Fermer la recherche

Informer

Le blogue

Le syndrome fémoro-patellaire

Le syndrome fémoro-patellaire

Rédigé par :
Sébastien Lambert
10 février 2016

Le syndrome fémoro-patellaire (SFP) est un des problèmes de genou le plus fréquents chez le coureur. Il se manifeste par une douleur à l’avant du genou soit derrière la rotule (patella), soit au pourtour de la rotule. La douleur est typiquement augmentée lors de la course sur terrain incliné et, lorsque la condition est aiguë, dans les escaliers.

Le SFP est causé par un mauvais alignement (tracking) de la rotule lors de la contraction du quadriceps (le muscle au-devant de la cuisse) qui augmente les forces compressives entre les surfaces articulaires de la rotule et du fémur. Les facteurs pouvant contribuer à ce problème de tracking sont une faiblesse du quadriceps, un déséquilibre musculaire du quadriceps, une faiblesse de la hanche, une raideur excessive des tissus mous du genou et une mauvaise biomécanique au pied.

Traiter le syndrome fémoro-patellaire

Selon les dernières études cliniques, la plupart des patients répondent bien à un traitement basé sur des exercices. Le port d’orthèse de genou, d’orthèse de rotule, d’orthèse de pied ou de taping de la rotule semble moins efficace que les exercices.

— Taping de la rotule (patella)

Ce traitement vise à améliorer le tracking de la rotule lors de la contraction du quadriceps. Le taping semble agir au niveau de la proprioception et du contrôle neuromusculaire afin de diminuer la douleur lors de la contraction du quadriceps. L’effet n’est présent que lors du port du taping. Ce traitement devrait donc être utilisé à court terme en combinaison avec les exercices.

— Orthèse au genou

De façon similaire au taping, les orthèses au genou pour le syndrome fémoro-patellaire visent à améliorer le tracking de la rotule, mais peu de recherches ont été réalisées sur ce genre de traitement.

— Orthèse au pied

Le SFP pourrait être relié à une pronation excessive ou limitée du pied. Certaines études démontrent que les orthèses peuvent amplifier les effets des exercices sur la diminution de la douleur. Le mécanisme de diminution de douleur demeure nébuleux. Est-ce dû à une amélioration de la biomécanique du pied ou à une absorption du choc de l’impact?

— Renforcement des muscles de la hanche

La faiblesse des muscles de la hanche peut affecter la biomécanique du fémur. Le renforcement devrait viser prioritairement les mouvements d’abduction et de rotation externe puis la flexion et l’extension.

— Renforcement du quadriceps

Les gens souffrant de SFP démontrent une faiblesse du quadriceps. Les études recommandent le renforcement du genou en chaîne ouverte (sans mise en charge sur la jambe) et en chaîne fermé (avec mise en charge). Ces exercices doivent être exécutés sans douleur.

En conclusion

Les études supportent fortement le renforcement du quadriceps et de la hanche dans le traitement du syndrome fémoro-patellaire. Le taping de la rotule et les orthèses au pied augmentent possiblement l’effet des exercices. Il existe un manque de données face aux orthèses pour le genou.

N’hésitez pas à consulter votre physiothérapeute si vous souffrez de toute blessure vous limitant dans la pratique de votre sport ou pour toute information supplémentaire sur le sujet.

Références :

Bolgla L. A., Boling M. C. An update for the conservative management of patellofemoral pain syndrome: a systematic review of the literature from 2000-2010. J. Orhtop Sports Phys Ther : 2011. 6 (2) : 112-125.

Ramblaud A., Nouvelle prise en charge du syndrome fémoro-patellaire. Nov. 2013.

Un article de Sébastien Lambert, physiothérapeute à la clinique PhysioTech.


Partager cette page
Laisser un commentaire
À propos de l'auteur
Sébastien Lambert est physiothérapeute à la clinique PhysioTech.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *